TÉMOIGNAGE DE MARIE AU VIETNAM

Marie, lors d’un voyage au Vietnam en juillet dernier, a porté un masque antipollution MASK Generation. Le Vietnam, pays d’Asie, est connu pour ses forts taux de pollution dans l’air. De nombreux d’habitants portent déjà des masques antipollution quotidiennement. Marie a donc également voulu porter un masque lors de son voyage.


Le Vietnam est un pays d'Asie du Sud-Est avec Hanoï comme capitale. Le pays est peuplé de plus de 92,5 millions d’habitants. Le pays fait face à un problème de santé publique : la pollution. Sa capitale Hanoï, a déjà atteint des niveaux de pollution très alarmant ces dernières années. Dans les années à venir, la ville risque de faire partie des villes les plus polluées du monde.  


L’expérience de Marie

Pourquoi avoir voulu porter un masque lors de ton voyage ?

Je suis partie deux semaines en voyage au Vietnam avec des amis pour visiter le pays du nord au sud. J’ai donc décidé d’emmener avec moi un masque antipollution notamment pour mes trajets sur place. Ma mère, y étant allé quelques mois auparavant, m’avait vivement conseillé de porter un masque. Elle-même n’avait pas pensé à un prendre un et les trajets à l’air libre ont été très difficiles à supporter. Une amie m’avait également conseillé de porter un masque.

Les masques antipollution permettent de se protéger des particules fines et donc de ne pas les inhaler lorsqu’on est en contact avec elles. En fonction de l’efficacité du masque, il protège contre les particules fines, pollens, poussières et de certains virus et bactéries.


As-tu ressenti une gêne respiratoire à ton arrivée au Vietnam ?

Une fois arrivée au Vietnam, en sortant de l’aéroport, je n’ai pas sentie de réels gènes pour respirer mais l’air était effectivement plus lourd qu’en France. S’y ajoute la forte chaleur (30-35°) et l’humidité à 80% en moyenne. Les odeurs sont également très fortes, en ville notamment. C’est un mélange de plusieurs particules qui ne rendent pas agréable la respiration.


As-tu porté le masque lors de tes trajets ? Notamment scooter par exemple ?

Pour me déplacer tout au long de mon voyage, j’ai d’abord prit le scooter. Sur celui-ci j’ai de suite mis mon masque, ce qui m’a permis de mieux respirer et de ne pas inhaler les particules et poussières générées pas les nombreux 2 roues. C’est aussi dans les pousse-pousse que j’ai senti le besoin de porter le masque antipollution. Le véhicule est totalement ouvert sur l’extérieur, les particules sont donc inhaler tout au long du trajet, ce qui rend la respiration inconfortable.

Lors des trajets, notamment en deux roues, les passagers inhalent de nombreuses particules fines présentes dans l’air. Il est donc fortement conseillé de porter le masque lors de tous les déplacements même en voiture.


As-tu porté ton masque à d’autres moments du voyage ?

Lors de mon voyage, j’ai également porté le masque lors de longues balades à pied, en ville notamment. Lorsque je m’éloignais de la ville et donc de la circulation l’air était plus respirable donc le besoin de porter un masque était moins présent. Le masque est très agréable notamment pour les fortes odeurs omniprésentes dans les villes, des mélanges de pollution, de nourriture et de chaleur.

En fonction du taux de pollution, le port du masque est indispensable dans les transports en commun et lors de tous les déplacements en extérieur. Lors des pics de pollution le port du masque est vital notamment dans les pays d’Asie les plus pollués.


Le port du masque était-il agréable sous fortes chaleurs ?

Malgré les fortes chaleurs (35 degrés), le port du masque lors de mes trajets ou de longues balades, reste largement supportable et indispensable. J’avoue avoir un peu transpiré dans le masque mais seulement autour du masque, sur la zone en cuir. Il m’a suffi de le retirer quelques instants et de le remettre ensuite pour enlever l’humidité dans le masque. Sinon aucunes gêne pour respirer ou autre, je me suis sentie très bien dedans.

Au-dessus de 30-35°, le port du masque devient plus difficile car la chaleur est gênante mais son efficacité reste la même. Il est donc possible de le retirer quelques instants puis de le remettre pour éviter la pollution.


Les Vietnamiens portent-ils eux aussi des masques antipollution ?

En ce qui concerne les habitants, oui ils sont très nombreux à porter des masques antipollution notamment les chauffeurs de véhicules ouvert et les 2 roues. Plus de 50% des personnes en 2 roues portent un masque. Les enfants, eux, par contre ne portent pas de masques. Au Vietnam, les masques antipollution sont constitués de tissus avec de nombreux motifs différents, c’est donc un véritable accessoire à assortir avec sa tenue ou ses goûts. Ces masques n’ont pas de filtres, contrairement au mien et sont jetables ou réutilisables. Ils avaient l’air peu étanche par rapport au mien.  De nombreux marchands vendent les masques dans les villes, c’est un produit commun et démocratisé. Il est donc très simple de se procurer un masque antipollution au Vietnam contrairement en France.

Les masques antipollution sont très démocratisés et utilisés dans les pays d’Asie car la pollution y est extrêmement forte dans plusieurs pays. Ils utilisent le plus souvent des masques antipollution jetables et en tissu mais de plus en plus de masques avec filtres changeables font leur apparition. Il faut savoir que le filtre doit être régulièrement changé afin de maintenir son efficacité.


Ton ressenti global sur le masque ? Avis personnel, conseils ? Améliorations possibles ?

Suite à cette expérience, je conseille fortement de porter un masque antipollution notamment au Vietnam ou dans les autres pays pollué du monde. Je conseille également le port du masque ici, en France, lors des déplacements en 2 roues surtout, pour éviter d’inhaler les particules de pollution. Je suis très satisfaite de la technique du thermoformage, que j’ai réussi facilement et qui a permis au masque d’être parfaitement adapté à mon visage pour éviter les fuites.